FINISTERE MER VENT

Association des Ports de Plaisance de Bretagne
Association des Ports de Plaisance de Bretagne : Journée démo
mai 17, 2022

C’est en parallèle du départ de la course du Vendée Globe en novembre 2020 que sont nées « Les Rencontres de Port Laf’ », un nouvel événement de l’économie maritime nautique proposé par Finistère Mer Vent. Ces rencontres visent à échanger avec les acteurs de l’économie maritime autour des savoir-faire et innovations des secteurs nautiques et de course au large.

Animés par la journaliste spécialisée Virginie Valentini, avec la contribution de l’agence de communication Velacom, les cinq premiers plateaux ont été organisés autour de deux axes principaux : un temps d’interprétation de la course du Vendée Globe et, à cette occasion, la mise en exergue de l’expertise des membres du collectif Finistère Mer Vent. Depuis, plusieurs autres Rencontres ont été organisées autour de thématiques d’actualité et compétences des membres.

Plus largement, les Rencontres de Port-La-F’ sont un temps d’échanges et de partages autour des savoir-faire et des innovations portés par les acteurs des filières nautiques. Aujourd’hui, Finistère Mer Vent, société coopérative d’intérêt collectif, construite sur modèle hybride public-privé, rassemble 75 membres sociétaires (entreprises, associations, skippers).

C’est dans le cadre des 50 ans du Port de Port-La-Forêt et de l’escale de la Solitaire de la Figaro que Finistère Mer Vent proposait la 9ème édition des Rencontres de Port Laf’ avec la projection d’un tout nouveau film intitulé « Port-La-Forêt, berceau de l’innovation ».

Délocalisées sur la grande scène du Village de la Solitaire du Figaro sur le port, les Rencontres de Port-Laf’ ont démarré par la projection auprès du grand public du film (12’), né sur une idée originale et la coordination de Rachel Portal-Sellin, avec l’aimable participation de Régine Bornens, la réalisation de Nico Fabbri et le montage de Raphaël Lassablière, et le soutien financier du Crédit agricole du Finistère.

Le film « Port-La-Forêt, Berceau de la course au large » retrace l’histoire de Port-La-Forêt par les yeux et les mots de plusieurs skippers et professionnels du port, sous l’angle du territoire, de l’économie et de l’innovation, pour ceux qui ont fait et font toujours Port la Forêt. Le passé, le présent et l’avenir par des pionniers, des inventeurs, des acteurs (hommes et femmes) d’aujourd’hui et de demain à l’appui d’images inédites de photos d’archives et articles de presse.

Ont suivi les échanges sur la thématique clé au cœur de la raison d’être de Finistère Mer Vent : « la course au large et les liens au territoire », en particulier le lien identitaire, la contribution au développement des activités économiques et professionnelles.

Pour en parler, nous aurions souhaité donner la parole à tous ceux et celles qui font la dynamique du port et de la course au large ! mais avions été contraints de nous restreindre à quelques-uns parmi eux, néanmoins très représentatifs et tous très engagé.es.

Ainsi, pour aborder le sujet, animé par Virginie Valentini, nous avons eu le plaisir de recevoir à la table-ronde :

  • Gaëtan Gouérou, président fondateur de BSB Marine devenue AI, fondateur du tout premier chantier CDK avec Jean Le Cam et Hubert Desjoyeaux, qui a occupé les fonctions de directeur général de la Classe Imoca pendant 9 ans
  • Eric Kerscaven, fondateur gérant de PLYachting, chantier de maintenance et refit de bateaux.
  • Jeanne Grégoire, navigatrice compétitrice et directrice du Pôle Finistère course au large
  • Nicolas Lunven, skipper, double vainqueur de la Solitaire du Figaro.

Aux origines de Port-La-Forêt…

C’est Henri Desjoyeaux qui trace le chemin de Port-La-Forêt en tant que port d’excellence en matière de course au large, en lançant la création en 1957 des Chantiers de Kerleven, communément appelés CDK. Celui-ci est devenu rapidement le « terrain de jeu » de grandes figures de la course au large que sont Jean Le Cam, Hubert Desjoyeaux, Michel Desjoyeaux avec la contribution majeure de Gaëtan Gouérou. C’est l’histoire qu’il nous raconte lui-même puisant dans les souvenirs de la construction du tout premier hangar CDK composite, devenu depuis CDK technologies. Le chantier permet rapidement à de jeunes pousses ambitieuses de passer de la construction de maquettes à celles de vrais bateaux. Avec le temps et les progrès réalisés, la discipline de la course au large s’est professionnalisée. La compétition entrainant la mise sur l’autre de plusieurs autres skippers venant d’autres horizons, devient alors le moteur de l’innovation et de l’amélioration. Et tout ceci fait, et continue à faire Port-La-Forêt, depuis 50 ans !

Compétition et innovation

De plus en plus des skippers rejoignent à Port-La-Forêt pour son excellence sportive, en témoignent les résultats obtenus au fil des années. Ici c’est un entrainement de haut niveau qu’ils viennent chercher. Car le port de la Forêt-Fouesnant c’est à la fois, un chantier capable de construire des bateaux compétitifs, et également des entraîneurs performants, à l’appui du Pôle Finistère course au large dirigé pendant 30 ans par Christian Le Pape, mis à disposition par le ministère des Sports. Créer en 1982, le Pôle déclenche une innovation majeure : la capacité d’un entrainement collectif pour des compétitions sur l’eau de course le plus souvent en solitaire ! Ensemble à terre, compétiteurs sur l’eau ! Les jeunes navigateurs s’entraînent aux côtés des meilleurs, un contexte très favorable pour évoluer.

Les résultats sont au rendez-vous de l’entrainement de haute performance : sur les six dernières éditions du Vendée Globe, les six skippers entrainés à Port-La-Forêt passent la ligne d’arrivée, cinq sont vainqueurs du Vendée Globe (en 2021, Charlie Dalin coupe la ligne mais c’est Yannick Bestaven de La Rochelle gagne le tour sur temps compensatoire). De la même manière, tous les vainqueurs de la Solitaire du Figaro, depuis 2002, en sont aussi pensionnaires. Ce succès est possible grâce à l’expertise des encadrants de Port-La-Forêt.

La voile est un sport mécanique, aussi pour être meilleur que les autres et gagner, il faut innover ; le chantier CDK, dont la réussite et la renommée sont dues à sa maitrise de la technologie, est une référence mondiale sur les bateaux de compétition, c’est la raison pour laquelle il est rapidement devenu un pilier incontournable de Port-La-Forêt.

Finistère Mer Vent, la force du collectif

La réputation de Port-La-Forêt ne repose pas seulement sur la renommée de ses skippers de haut niveau, mais prend appui aussi sur l’écosystème complet qui se trouve autour d’eux. La connaissance respective et la proximité de chacun des acteurs du port, ayant tous des expertises différentes, permet de concilier intervention technique et entraide. Tous interviennent en complémentarité et représentent les différents chainons professionnels du secteur du nautisme dans un environnement, somme toute, restrient. Si la communication publique souligne le plus souvent les résultats sportifs des skippers, en amont de ces résultats sportifs, il y a la préparation à la compétition et la préparation des bateaux. Cela représente des milliers d’heures de travail, ce qui génère un nombre important d’emplois sur le territoire. Les résidents de Port-La-Forêt en sont bien conscients. Tout cela a été rendu possible également par le soutien et les engagements politiques (entre autres le Département du Finistère), et de continuer à se développer depuis maintenant cinquante ans.

De ces volontés en découle aussi, plus récemment, la création du collectif Finistère Mer Vent. La société coopérative est née de la rencontre en 2016 de Jean Le Cam et Nicolas Venard, directeur général du Crédit Agricole du Finistère, rejoints par la collectivité du Pays Fouesnantais, lui donnant ainsi sa coloration privée-publique. Depuis son ouverture en juillet 2020, la SCIC Finistère Mer Vent permet, au cœur de Port-La-Forêt, de créer du lien et de renforcer la force du collectif en intervenant sur l’économie, l’innovation et les emplois. Plusieurs entrepreneurs sont hébergés dans les bureaux, plusieurs réunions et évènements sont organisés dans les espaces amenant quelques prestations aussi pour les commerçants locaux…

L’avenir de la course au large à Port-La-Forêt

Port-La-Forêt s’est construit autour de la course au large et continue à développer son activité sur cette expertise et ces formidables aventures. Ce territoire aussi appelé la « Vallée des Fous » par Kersauson a quelque chose de particulier. Il y est question d’identité, de respect des avancées réalisées qui font aujourd’hui l’héritage des nouveaux qui arrivent. Il est aussi beaucoup question de partage avec les navigateurs comme Jean Le Cam ou Michel Desjoyeaux, qui ont de l’expérience et qui n’hésitent pas à la partager avec la nouvelle génération de skippers qui arrivent. La Vallée des Fous, parce que « ici rien n’est impossible ».

Le Pôle Finistère course au large est toujours bien en place et continue à donner l’envie aux jeunes de s’entrainer et faire leur propre renommée sur le territoire, et ainsi marcher dans les traces de leurs aînés. L’enjeu à venir pour Port-La-Forêt va être de garder cette image de prestige sur la mer, à l’appui de résultats sportifs à la hauteur, mais aussi à terre en poursuivant les innovations, sources d’emplois. Pour cela, Finistère Mer Vent est un outil de mise en réseau permettant une écoute et un appui auprès des écuries et des entrepreneurs afin de les soutenir dans leurs projets et dans les réponses à leurs besoins. Finistère Mer Vent permet aux acteurs de se rencontrer, de confronter leurs idées et, ainsi, de continuer à innover dans un contexte où les questions des transitions, – des transformations – , environnementale, énergétique, sociétale et numérique sont de vrais défis à relever pour la pérennité de nos entreprises et de notre écosystème. Là encore, les navigateurs et marins s’avèrent être de formidables experts associés aux nouveaux projets de transport maritime décarboné, à l’appui de la propulsion par le vent… Citons Solidsail avec Jean Le Cam, Wisamo avec Michel Desjoyeaux, les projets de catamaran électrique et bateau à foil de François Gabart, etc.

Une formidable session qui a mis en évidence les liens forts de la course au large au territoire… Des échanges passionnants entre passé, présent, futur, le tout à ciel ouvert devant les écuries de course au large et face aux pontons … 

 

Le Crédit Agricole utilise des cookies pour ce site : certains cookies sont indispensables car utilisés à des fins de bon fonctionnement et de sécurité : d'autres sont facultatifs. Les cookies de mesure d'audience permettent de réaliser des statistiques de visites, d'analyser votre navigation.

Les cookies de publicité personnalisée permettent de personnaliser votre parcours, les publicités, communications et sollicitations de prospection commerciale à votre intention.

Nous vous invitons à nous faire part dès à présent de vos choix concernant le dépôt de ces cookies facultatifs sur votre terminal, soit en les acceptant tous, soit en les refusant tous, soit en personnalisant votre choix par finalité. A défaut, vous ne pourrez pas poursuivre votre navigation sur notre site.

Votre choix est libre et peut être modifié à tout moment, en cliquant sur le lien "Cookies", en bas de page. Nous conservons votre choix pendant 6 mois.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services